La philosophie


- "Jacques mon ami, vous êtes philosophe, j’en suis fâché pour vous." Diderot, Jacques le fataliste
- "Tous les humains ont par nature le désir de savoir." Aristote, Métaphysique
- "Que ce mot de philosophie signifie l’étude de la sagesse est que par la sagesse on n’entend pas seulement la prudence dans les affaires mais une parfaite connaissance de toutes les choses que l’homme peut savoir, tant pour la conduite de sa vie que pour la conservation de sa santé et l’inven- tion de tous les arts." Descartes, Principes de la philosophie

 

La philosophie constitue au sein du système éducatif français, un enseignement singulier.


  • Que peuvent signifier pour la voie générale, les huit heures en L, les quatre en ES, les trois en S, et les deux pour la voie technique ?
  • Quel intérêt pour les élèves de terminale de philosopher ? Pourquoi philosopher ?


La classe de philosophie demande aux élèves d’être confrontés au moins une fois dans leur vie, et quelques heures par semaine durant leur dernière année au lycée, à des questions essentielles et existentielles qui pourront nourrir par la suite leur pensée d'homme et de citoyen. Il faut qu’en Terminale, les élèves n’apprennent pas seulement la philosophie auprès de leurs professeurs mais apprennent aussi à philosopher. Ce n’est pas un enseignement sous forme d’apprentissage formel de la pensée mais l’ouverture à des problèmes à traiter et à résoudre. C’est aussi un apprentissage de la lecture : la confrontation à d’autres pensées que la sienne.

La philosophie est un entraînement à l’exercice de la pensée critique. Elle requiert une réflexion personnelle, une expression organisée de la pensée et du jugement. Elle impose de répondre aux questions rencontrées dans la vie et imposée par elle.

Philosopher est un apprentissage de la liberté par l’exercice de la pensée ; c’est la compréhension du fait que la liberté passe par l'effort de construire une réflexion rigoureuse et ne consiste pas à se laisser aller aux opinions dominantes du monde, à l’encontre du consumérisme ambiant.

Philosopher signifie que l’on s’efforce de savoir de quoi on parle. C’est une activité concrète en ce qu’elle apporte aux autres disciplines, sans les remplacer le moins du monde. Elle en montre l’intérêt fondamental. Il faut à un moment donné, quand on étudie la mercatique ou les mathématiques, com- prendre et s’interroger sur la nature de celles-ci. L’enseignement de la philosophie ne remplace aucun autre enseignement, ni aucun autre savoir mais les suppose tous. Or, aucun enseignement ne remplace la philosophie. Le sens général des questions posées ou des problèmes croisés n’est pas abordé en l’état par aucune des autres disciplines qu’étudient les élèves. Cela revient à la philosophie.


La philosophie n’est pas seulement faite pour une élite mais bien pour le plus grand nombre. Elle est pour tous un droit ; et philosopher c’est comprendre qu’elle doit être un exigence et un effort pour chacun.

Lire un philosophe ne consiste pas à apprendre ses idées, il n’est pas un maître à pensées mais bien plutôt un maître à penser en ce qu’il nous offre des clefs d’intelligibilité qu’il met à notre disposition pour appréhender le réel. Philosopher est un exercice de la pensée comme processus de remise en question, de dépassement de ses préjugés et d’ouverture. Elle se révèle être l’antidote à la transformation du savoir en dogme.

Parce qu'elle est, en droit, universelle, la philosophie est aussi une préparation à la démocratie. Son enseignement vise la formation de citoyens éclairés pour qui la liberté de penser peut devenir effective. Il y a ainsi un sens et une justification particulière à pratiquer la philosophie dans l'Ecole de la République. Elle exige du citoyen l’exercice d’un libre jugement.